skreally_boy_itw_cover_unionstreet

Skreally Boy, c’est l’alter-ego rappeur/crooner du producteur star Richie Beats. A l’occasion de la sortie de 3:52, son troisième projet après Karma (2014) et #Superstona1 (2016), nous nous somme posés avec un homme de l’ombre qui fait sa transition vers les projecteurs.

Unionstreet : Bonjour Skreally Boy. Est-ce que tu peux te présenter en quelques mots pour nos lecteurs qui ne te connaissent pas ?

Skreally Boy : Moi c’est Skreally Boy a.k.a Skrea-skreally a.k.a SK. Mélomane, chanteur, rêveur, voyageur (rires).

US : Skreally Boy c’est ton nom d’interprète mais aujourd’hui tu es surtout connu en tant que Richie Beats, un producteur ayant travaillé avec les rappeurs français les plus populaires (Booba, Dosseh, Nekfeu, Damso, etc.). Est-ce que tu peux retracer ce parcours ?

SB : J’ai commencé en 2008. J’ai travaillé avec Cutee B pendant deux ans. Ensuite, j’ai signé chez Golden Eye Music où je suis resté cinq ans. C’est vraiment là que tout a commencé car il y avait une effervescence dans le groupe avec des producteurs comme Blastar, Cannibal Smith. C’est une expérience qui m’a permis d’évoluer et de travailler avec des artistes comme Dosseh, Joke, Dinos, Ol’Kainry, Rim-K, Booba, Nekfeu et un tas d’autres artistes. Aujourd’hui, je suis en train de chercher une manière de changer la musique française. J’essaye d’apporter ma patte et de ne pas suivre.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

« (…) Quand je balançais un son (…) les gens devenaient dingues. C’était cool mais ce n’était pas ma musique qui les rendait fous en réalité. L’idée a commencé à naître qu’il fallait peut être que j’envisage à balancer mon propre son.»

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

US : Lorsque tu étais plus jeune, tu étais danseur. Comment la transition de la danse à la musique s’est-elle faite ?

SB : À la base, je dansais effectivement. Je faisais du b-boying. Mais bien avant la danse, j’étais déjà proche de la musique. Ma mère est une chanteuse de Zouk Love, une musique très populaire chez nous aux Antilles. Elle s’appelle Josseline Varane. Je suis le seul de ses enfants qui, petit, restait avec elle en studio toute la nuit et la voyait enregistrer. La première scène que j’ai faite, c’était avec elle. Je devais avoir 15 ans. Elle m’a emmené avec elle parce que j’étais curieux de voir comment ça se passait. C’était une expérience mémorable. Rien que de voir le matériel son, le dj… Ça m’a mis dans un « moove de la night ». À cette époque, j’étais déjà dans le rap. Le rap américain surtout. J’étais assez bon en anglais à l’école. J’ai toujours eu envie de faire ces recherches parce que j’écoutais les sons cain-ris mais je ne comprenais pas nécessairement tout. J’ai appris l’argot en me faisant des dictionnaires que j’apprenais. Quand j’ai fait ma première radio à RDC, une fréquence de Mantes-La-Jolie, j’avais 18 ans et je posais en anglais. Donc à la base, je suis interprète. Ma mère me disait toujours que je ne savais pas ce que je voulais faire, que je passais trop rapidement d’une activité à une autre, sans me focaliser, ni rien approfondir. C’est seulement lorsque je me suis mis au beatmaking que j’ai pu être constant et avec la grâce de Dieu, je n’ai pas lâché l’affaire.

US : Tu as été DJ aussi dans le réseau des musiques caribéennes. Qu’est-ce que tu retiens de cette époque ?

SB : Franchement, c’était lourd. Ce que je retiens c’est que les gens s’amusaient et qu’ils ressentaient réellement le son. Je me souviens que quand je mixais en soirée Dancehall, les gens étaient super réceptifs. C’est ce qui m’a donné réellement envie de me mettre à faire de la production parce que je voyais que quand je balançais un son, je te parle de l’époque de « This Is Why I’m Hot » de Mims, les gens devenaient dingues. Je me disais que c’était cool mais que ce n’était pas ma musique qui les rendait fous en réalité. L’idée a commencé à naitre qu’il fallait peut être que j’envisage à balancer mon propre son. Et d’autre part, le DJ est quand même pas mal dans la lumière et à l’époque ça me faisait un peu chier d’être sous ce projecteur là. J’ai donc préféré me retirer dans l’ombre pour créer ce son que moi ou un autre DJ puisse jouer en soirée. Je me suis mis à faire des petits remix, des édits, etc.

US : Finalement, on compte beaucoup de DJs qui sont devenus producteurs (Dr. Dre, Just Blaze, DJ Premier, Metro Boomin, etc.) mais il y a une tendance plus récente où on observe de plus en plus de beatmakers qui deviennent DJs pour exister en tant que performers.

SB : C’est une autre manière de mixer parce que moi avant quand je mixais, c’était à l’oreille. Pour moi, c’est ça le vrai mix. C’est à dire que je devais calculer le BPM, je jouais avec le plateau. Aujourd’hui, c’est plus du live en vrai. Les sons sont déjà synchronisés. Tu mets ton beat avec un petit remix… C’est différent.

US : Est-ce que tu es toujours sollicité pour des DJ sets ?

SB : De temps à autre. En fait, je mixe toujours sur vinyles ou CDJ. Quand on me sollicite, c’est pour que je passe mes instrus et je n’ai pas encore préparé de réel show. Mais je compte le faire bientôt et rentrer dans ce game. Je me laisse cette option en tout cas.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

« (…) Mon rêve serait de faire le Cypher international des BET Hip-hop Awards avec un gros t-shirt 78 (rires).»

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

US : Tu as grandi dans le 78, aux Mureaux puis à Mantes-La-Jolie où tu as passé ton adolescence. C’est un environnement qui a plutôt mauvaise réputation et dont les medias renvoient une image négative. Comment était-ce de grandir dans cette ville ?

SB : Franchement, il y a toujours eu une stigmatisation de la cité mais moi je n’y ai pas vécu 24/24h. Pendant un très court moment, j’ai habité dans la cité même, puis mes parents ont déménagé dans un coin un peu plus cool. Malgré tout, quand je vais au quartier et que je parle aux gens de là-bas, qui sont des personnes avec qui j’ai grandi et suis allé en cours, il y a une ambiance de famille. Il y a trop de fois où je m’y suis retrouvé juste pour prendre de l’inspiration. Je vais être avec les potos, je vais écrire un son. On va être en train de se tailler parce que c’est ça entre potes, on se torpille. Il suffit que l’un d’entre nous sorte une vanne et je vais sortir mon téléphone, la noter et en faire un punchline. Ce que je veux dire par là, c’est que la vie du quartier est tellement autre que ce sur quoi les médias aiment se focaliser. Bien sûr, il se passé des choses mais c’est loin d’être tout le temps. Parfois, tu peux rester posé au quartier avec les gens et il n’y a que du bon qui vient à toi. En tout cas, c’est un environnement qui m’a plus inspiré que fait régressé. J’ai des potes qui me disent que je suis un peu comme le haut parleur de la street et ils savent que je vais pouvoir parler de notre vie de manière transparente et vraie. Les Mureaux, Mantes-La-Jolie, c’est mon 78 à vie et ça implique beaucoup de bons souvenirs et de bonnes choses.

US : D’ailleurs, le 78 c’est quelque chose que tu revendiques pas mal dans ta musique.

SB : Oui, parce qu’en réalité, le 78 n’est pas tellement représenté dans le rap. Auparavant, tu avais un gros groupe comme Express D dont je suis fan et qui a été d’une certaine manière une inspiration. Des groupes comme celui-là se font rare désormais et mon rêve serait de faire le Cypher international des BET Hip-hop Awards avec un gros t-shirt 78 (rires). En gros, je veux représenter à mort car c’est là d’où je viens. Ça se sent dans ma manière de parler et dans ma manière de faire.

US : Tu nous as parlé de Cutee B que tu considères comme ton mentor. Comment vous êtes-vous rencontrés ?

SB : Je travaillais avec un artiste R&B, pour qui je faisais des prods et qui travaillait également avec Cutee B. Un jour, il m’a dit de venir au studio avec eux. Cutee B a kiffé mes prods. À cette époque, j’étais investi à fond dans la musique. J’habitais à Mantes-La-Jolie, le studio était à République et j’y étais tous les jours. Je me souviens que je pouvais arriver là bas à 10h, que la session pouvait se finir à 23h, je rentrais chez moi et le lendemain j’étais là de nouveau à 10h. C’était du charbon. Il a eu la gentillesse de m’apprendre beaucoup sur les logiciels de musique etc … J’ai beaucoup observé aussi. Je me souviens de sessions où il bossait avec Bob Sinclar et où j’étais présent seulement à observer attentivement. Cutee B c’est le Sensei. Dernièrement, il m’a envoyé un message où il disait qu’il était très fier de mon avancement et ça fait plaisir.

US : Tu as développé une éthique de travail très tôt dans ta carrière. D’où te vient cette motivation et cette détermination ?

SB : Ça vient de mes rêves. Quand je m’investi dans quelque chose, j’ai une vision. Donc je me fis à ma vision. Tous les mois de septembre, depuis que j’ai 18 ans, je me projette et je fais des bilans. Ça me permet à chaque fois d’établir des objectifs, de réfléchir à comment parvenir à les réaliser et à envisager des étapes supérieures. Et puis, je me sens toujours au début de ma carrière, même en tant que beatmaker. Ce qui fait que je préserve toujours cette motivation de montrer ce dont je suis capable.

US : En tant que Skreally Boy, tu saisis justement l’occasion de montrer ce que tu sais faire. Cette fois-ci, c’est en tant qu’interprète. Jusqu’alors, Richie Beats était principalement un beatmaker. Est-ce qu’on peut dire que Skreally Boy c’est l’opportunité pour Richie Beats de devenir un producteur/chef d’orchestre à part entière ?

SB : Ouais, carrément. C’était un test à la base Skreally Boy dans le sens où j’ai essayé de travailler avec des artistes. J’ai essayé de leurs donner des prods, des séances studio, tout ce qu’il leur fallait … et tu vois quand tu donnes, les gens ne se rendent pas compte vraiment du travail qu’il peut y avoir derrière. Alors que quand je le faisais pour moi, je voyais le travail que j’avais effectué. Et puis, j’aime bien m’enregistrer. Mais c’est tout un travail. À la base, dans l’élaboration de mes morceaux, j’étais plus à l’aise avec les mélodies. Trouver les mots, c’était un réel challenge pour moi. J’ai eu la chance d’avoir, sur deux trois morceaux, de l’aide de Black Kent qui est un rappeur et un ami. Il a fallu que je prenne un moment pour ralentir sur les prods et me mettre uniquement en mode écriture. Je me suis mis à lire plus. La lecture n’était pas vraiment un passe-temps mais aujourd’hui je kiffe parce que c’est une réelle source d’inspiration en termes de mots. J’ai commencé a vraiment prendre plaisir à rédiger mes phases, trouver des punchlines et en plus quand je les soumets à des proches et qu’ils me valident, c’est lourd. Maintenant, je me dis que je peux composer un morceau, écrire les paroles, l’enregistrer et le sortir. C’est toujours ce que j’ai voulu faire en fait. Je me suis aussi dit que ça pouvait être une école pour pouvoir travailler avec d’autres artistes plus tard.

US : Tu as sorti 3 projets solo en tant que Skreally Boy. Raconte nous un peu ces débuts.

SB : J’avais déjà sorti des morceaux avant Karma comme « Fast and Slow » ou « Bullshit ». C’était des titres où je posais en anglais. Les gens avaient kiffé. J’ai aussi fait une reprise de « Tombé Pour Elle » de Booba qui avait très bien marché et après ça je me suis dit que j’allais vraiment me lancer. J’ai fait des prods, j’ai écrit, j’ai commencé à faire des clips. Il a fallu que je réfléchisse à l’image, au style, à la présence scénique. Il y a plein de choses à prendre en compte lorsque tu es un artiste. Pour moi, c’était comme ci j’avais déployé une autre vision de l’artiste que je suis.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

« (…) 3:52, c’est une étape dans un processus encore en évolution où je me sens à 70% de mes capacités.»

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

US : Le 21 octobre est sorti l’EP 3:52. Qu’est-ce qu’il se cache derrière ce titre et quelle place donnes-tu à ce projet ?

SB : À la base, c’est parce que lorsque j’ai commencé à travailler sur ce morceau, il était dans les alentours de 3h50 et quand j’ai exporté le son, il faisait 3 minutes 52. Pour moi, c’est un genre de projet annexe. En ce moment, je suis en train de me trouver dans la musique, en tant qu’artiste-interprète . Karma, c’était un Skreally qui se découvrait. Jeune et ambitieux, parfois vicieux (rires). #Superstona1, ça a été le moment d’écriture. J’y ai beaucoup rappé et très peu chanté. Du point de vue des lyrics, c’était une réelle progression. 3:52, c’est un projet 5 titres que j’ai fait en une semaine et que je voulais sortir parce que j’avais envie de partager du contenu avec les gens qui me suivent. C’est une étape dans un processus encore en évolution où je me sens à 70% de mes capacités.

US : Dans le morceau « J.L.T » tu dis « J’lui brise son coccyx sur du J Dilla ». C’est surprenant comme name-drop. Qu’est-ce que J Dilla représente pour toi ?

SB : J Dilla, c’est mon gars sûr. Qu’il repose en paix. Le mec a été hyper-productif, c’est incroyable. Il a été trop créatif (rires). C’est un peu difficile à décrire. Quand j’écoute du J Dilla, c’est une expérience autre. Dans le sens où il y a une vibe nuageuse que les gens essayent aujourd’hui de reproduire alors que lui l’avait déjà il y a longtemps. C’est très Soul. C’est noir et ça bounce. Les mixes sont dingues. Ses sons de caisses claires… C’est J Dilla. Pour tout te dire, j’ai bossé un projet de 5 titres, et ce ne sont que des prods de J Dilla.

US : Skreally Boy c’est un artiste un peu singulier dans le paysage musical actuel en France. Entre le hip-hop et le R&B. Comment expliques-tu ce choix et est-ce que c’est une posture difficile à adopter ?

SB : J’ai choisi le R&B parce que c’est quelque chose de chaud. C’est une musique noire, qui représente la culture noire. Et dans le fond, je me dirige plus vers quelque chose de beaucoup plus jazz, soul. En ce qui concerne la posture du chanteur de R&B, je n’y pense même pas. Je suis dans mon truc. Si je marche dans la rue et que je croise une belle femme, franchement si je peux lui chanter une chanson, je le fais (rires). La femme, c’est très important pour un homme. Il faut savoir en parler, que ce soit en bien ou en mal. J’ai été inspiré par des artistes comme T-Pain, Usher, R. Kelly, Tyrese, Ginuwine, Jaheim, etc.

US : Ce sont des artistes que tu écoutais adolescent ?

SB : Yes. Je me souviens, vers la fin des années 90, j’avais une cousine qui écoutait tout le temps Ado FM et Générations. Au début, je détestais mais j’ai redécouvert un peu plus tard et ça m’a beaucoup influencé. Un groupe comme les Poetic Lover, je me souviens que je n’aimais pas. Je n’allais pas me poser et écouter leurs chansons par exemple. Un artiste comme Jaheim, je kiffe parce qu’il va s’adresser aux femmes en restant lui-même. Il reste un bonhomme. Et je trouve ça très important que les hommes sachent s’adresser aux femmes en restant eux-mêmes. Avec ma musique, j’encourage ces gens-là à le faire. Ça veut dire que si toi, demain t’es posé avec ta lady, au lieu d’écouter du son cains-ri, tu vas lui mettre du Skreally. Et tu vas te mettre bien dessus (rires). C’est ce que je faisais avec d’autres artistes quand j’étais plus jeune. J’allais me poser avec une meuf, lui mettre des sons cain-ri, du Matt Houston ou du Jean-Michel Rotin (rires).

US : Qu’est-ce qu’on peut te souhaiter pour le futur ?

SB : Des gros chèques (rires). Non mais plus sérieusement, que de l’évolution. J’aimerais bienfaire un hymne. Un vrai son pour ces ladies pour que quand elles le jouent, elles puissent se dire « C’est mon son ! » (rires).

3:52 – EP, le nouveau projet de Skreally Boy est disponible en téléchargement ici.

 

 

Propos recueillis par Jean Benoît Ndoki. 

Comments

comments