Vous n’êtes pas sans savoir que nous avons assisté au festival First And Forever organisé par la marque Dr. Martens.

Première étape : le reveil pour prendre le RER B direction l’aéroport fut assez dure, mais finalement l’attente de notre petit avion avec Erwan en jouant à Fifa à été assez sympathique.

Arrivée à Manchester après un (gros) retard de notre avion, nous avons la chance de tomber sur un chauffeur de taxi nommé Mark qui nous fait visiter la ville entre l’aéroport et l’hotel. Résultat, 10min de trajet et on connait toute l’histoire de la ville.

La journée continue avec une petite visite de la ville qui s’achève très rapidement par un diner assez copieux dans un grill anglais. Très bonne viande, mais le vin… Un vin australien assez corsé, avec une robe trop sombre pour la saison.

Soit, nous faisons connaissance avec les autres blogs présent : Sp4nk, Burn Me Baby, So From Paris, Mademoizel Ludivine, Le blog de Lilou, Venus Is Naive. Nous discutons, rions, parlons musique évidemment et enchainons sans transition avec le concert de ASH quelques rues plus loin au HMV RITZ. On fait donc la queue pour rentrer dans ce qui semble être une très grosse salle de concert. Petit bémol, pas d’accréditation, pas de photo. Nous n’en avons pas, alors pas de photos. Une fois à l’intérieur les soupçons sont justifiés. Elle est immense avec deux niveaux et une fosse toute aussi monstrueuse.

Le groupe que nous sommes venu voir se produit déjà sur scène, ils envoient du pâté comme on dit chez nous. Le second guitariste nous balance des gimmick de métaleux et semble faire l’amour à sa guitare. Ce qui semble être le cas vu la sueur  que son tee shirt absorbe. La foule est principalement composée de jeunes adolescentes, mais à notre grande surprises, la salle est également rempli de papa rockeur avec leur ventre à bière et leur crane dégarnis.

Image de prévisualisation YouTube

La partie que nous avons le plus apprécié était en fait, la visite de la boutique Dr. Martens. Véritable caverne d’Ali Baba de la chaussure. Une variété de modèle à en perdre la raison. On a quand même remarqué que les filles avaient beaucoup plus de choix que les hommes. Mais les vendeurs très accueillants nous ont rapidement mis en confiance, l’événement le plus improbable, l’un des vendeurs nous entendant parler nous demande « Vous êtes français ? ». On lui répond « oui !  » Il faut croire que la langue des fromages qui pues est connu de beaucoup de monde dans le monde.

[nggallery id=61]

Comments

comments