Niché dans les rues du 18ᵉ arrondissement de la Capitale, un jeune label urbain de couture fait son trou à l’ombre de la Butte de Montmartre. Tout un symbole, cette colline du nord parisien résonne dans l’inspiration de la marque et dans son nom, North Hill. A l’occasion de la sortie de la collection automne-hiver ’17, nous sommes partis à la rencontre de ces jeunes créateurs autodidactes. C’est au beau milieu de leur atelier que Christophe et Zihad (Michael manquant à l’appel) ont pu s’entretenir avec nous.

north hill, La genèse

Derrière la création de North Hill se cache d’abord trois profils hétéroclites et un parcours atypique. Zihad et Michael grandissent à Madrid, quant à Christophe, il grandit en Martinique. Mais à l’heure des études supérieurs, Christophe et Michael débarquent à Paris, se retrouvent en cours, s’emmerdent et fondent un sideproject par amour de la musique, le blog Feel Good Collective. L’idée est simple : poster et partager du son. Ils commencent dès lors à créer de la sape pour promouvoir le blog. De fil en aiguille, ils passent d’un sweat de promo à une collection… t-shirt, crewneck, caps, bonnets, tout y passe. « C’était très organique Feel Good, c’était un grand groupe de potes, ce n’était pas très viable » raconte Christophe. Le temps fait donc son oeuvre, le collectif se disperse et l’envie d’entreprendre et bâtir un projet plus sérieux se fait sentir pour les deux garçons. C’est là que Zihad rejoint l’équipe, le trinôme se forme et germe North Hill.

north-hill-lookbook-aw17-00

Quand on leur demande comment trois gars originaires de Madrid et de la Martinique ont pu créer un marque à l’identité nord-parisienne si forte, ils répondent par un attachement naturel à cette localité, comme si le quartier les avait choisi et non l’inverse… « on se sent vraiment chez nous ici, on s’y reconnait » explique Zihad. La suite est surtout issue d’une réflexion historique et artistique. Montmartre est pour eux une source d’inspiration inépuisable. À la fois vivier de création et rendez-vous incontournables des artistes dans les années folles, la Butte possède aussi un passé insurrectionnel fort qui ne laisse pas de glace les trois créateurs.

La révolte  et l’authenticité pour adn

« Montmartre a une histoire bien particulière, un passé rebelle important avec la Commune de Paris qui s’était établie là-bas. C’est aussi où le Sacré Coeur a été bâti en mémoire de cette insurrection » raconte Zihad avant d’ajouter « et d’un autre côté Montmartre est aussi la butte des artistes par excellence, de Picasso, Van Gogh à Edith Piaf. Et ça reste des gens très libre, des gens qui se battent également pour leur liberté ».

north-hill-lookbook-aw17-05

Voici donc ce qui forme l’ADN de North Hill, à travers cette colline du Nord les trois créateurs perçoivent des valeurs qui leurs sont communes : la révolte et le bouillonnement artistique. « On a fait quelque chose de simple, honnête et qui nous ressemble, on a tous des idéaux et des principes forts et cela se retranscrit dans l’imagerie révolutionnaire… dans le hip-hop aussi car c’est la culture qui nous a bercé. Ça se retranscrit aussi dans le choix de tout faire à Paris, parce que l’on veut connaître les gens qui produisent nos vêtements, que ce soit pour le côté qualitatif ou parce que l’on ne veut pas que ce soit un gosse à 5000 bornes qui monte nos pièces. » 

Simple honnête mais surtout authentique. « On essaie pas d’être dans la hype ou dans l’exclusivité, nos vêtements s’adaptent à pas mal de profil différents » explique Christophe. « On essaie de prendre un cran entre le streetwear hardcore et les marques de créateurs, que ce soit sur les tarifs, sur les coupes, sur les matières » enchaîne Zihad, « prendre des kimono et les rendre plus sportswear, faire des polos avec des empiècements par exemple ».

north-hill-lookbook-aw17-01

hip-hop dans les veines

Si l’univers de North Hill semble taillé dans le béton, c’est parce que la marque puise dans le hip-hop son énergie et son flow. Les temps ont changé, les aspirations artistiques également voilà pourquoi ces créateurs autodidactes parsèment leurs collections de références rap. Ils mélangent les codes historiques de Montmartre avec celles de leur époque.

Par ailleurs, Christophe, Michael et Zihad s’amusent à habiller certains artistes de leur génération. Une histoire pas si nouvelle puisque cette idée avait commencé avec leur première marque, Feel Good, et un certain Chance The Rapper. On est alors en 2012, le rappeur commence à peine à se faire connaître Outre-Atlantique, mais son timbre unique tape dans l’oreille des jeunes créateurs. Chance The Rapper, alors âgé de 19 ans, les dédicacera même sur le titre « Three Course Meal » en feat avec ProbCause et un certain Action Bronson. « Même nous on ne savait pas, on a du tomber dessus un an plus tard. Mais il a un peu mieux marché que nous après » s’amusent-ils. Depuis, Chance et son crew continuent de recevoir leurs petits colis à chaque collection même s’ils le confessent « on a eu quelques photos des gars de son entourage mais de Chance jamais ».

north-hill-lookbook-aw17-03

En définitif, la communication à tout prix, ce n’est pas le nerf de la guerre pour les trois créatifs. Travailler avec des rappeurs pour recevoir des photos n’est pas l’idée première. Ce qu’il cherche pour North Hill, bâtir des relations saines, amicales et constructives. « C’est toujours cool de savoir qu’un artiste qui t’inspire et dont tu apprécies la musique, apprécie également ton travail et porte tes fringues » nous explique Christophe avant que Zihad continue « il y a pas longtemps j’ai rencontré Sopico, il vit à côté, donc nos références lui parlent bien. J’attends de voir ce qu’on pourrait faire ensemble. »

Ainsi au fil des collections, leur atelier a vu défiler quelques têtes françaises : Eden Dillinger, Josman, HiLevelz, Lord Esperanza et Beny Le Brownies pour ne citer qu’eux. Côté US, « Il y a la team Soulection aussi. Particulièrement Jarreau Vandal et IAMNOBODI avec qui on a de bonnes relations… et plus ponctuellement Knxwledge et Anderson .Paak qu’on a rencontré vite fait, mais ça reste des rencontres cools. »

north-hill-lookbook-aw17-04

Collection automne hiver 2017

Ne dérogeant pas à la règle, la nouvelle collection présentée par North Hill reprend les thèmes chers à la griffe parisienne. Le hip-hop, Paris et surtout Montmartre se mélangent au gré des créations. Mais sur cette collection nous précise Christophe, « l’inspiration culturelle hip-hop s’est étendue à la culturelle afro-américaine avec des références à Angela Davis des Black Panthers par exemple, et d’un autre côté beaucoup de références de Montmartre. On a immiscé quelques symboles de Montmartre, que ce soit le Chat Noir ou des artistes comme Aristide Bruant. On essaye toujours de remixer pour que les choses ne soient pas flagrantes. »

north-hill-lookbook-aw17-02

Le bien connu sigle C.R.E.A.M. devient « Cat Rules Everything Around Montmartre » sur un hoodie. La célèbre pochette de l’album « Ready To Die » de The Notorious BIG est détournée pour devenir un « Born Ready » bien senti. Une silhouette de Miss Davis menottée prend forme sur le dos d’une jacket au dessus du mot « Impertinent » en référence à Fabe.

Ainsi à travers toutes ces références aux luttes passées qu’il ne faut oublier et aux personnages qui ont bousculer les consciences, tels que Miss Davis et l’évolution de l’égalité raciale, Picasso et la transgression des règles de l’esthétisme, Gavroche ou la personnalisation du gamin révolté de Paris… L’automne/hiver 2017 de North Hill se veut être une ode au progrès, au renouveau et aux luttes à venir de notre époque.

La collection AW’17 est à découvrir sur northill.fr ou sur Facebook et Instagram

Comments

comments