Les nouveaux beatmakers made in france – Volume 2

         C’est la rentrée pour presque tout le monde et Unionstreet a pensé à toi cher lecteur/lectrice assidu(e) pour te réconforter et pas tomber en dépression dès les premiers jours de cours/travail. Pour ce deuxième volet censé te présenter les beatmakers français, nous avons sélectionné des beatmakers déjà bien connus ou en devenir. Bref, on vous laisse découvrir ce nouvel opus!

-H-O-Time (Eddie Hyde Gang/Dayuuum)

-H-O-Time est un beatmaker du 14ème qui monte de plus en plus haut et de plus en plus vite dans la galaxie musicale parisienne. Il baigne depuis tout petit dans la musique afro-américaine par le biais de son père qui rapporte des skeuds à chaque voyage qu’il effectue aux Etats-Unis. A la suite d’un voyage à New York alors qu’il avait 16 ans, -H-O-Time s’achète « The Minstrel Show » des Little Brother et découvre Fruity Loops: c’est le point de départ.

Le mec revendique des influences larges et variées comme Primo, Pete Rock, Dilla, Lord Finesse, Alchemist jusqu’à Flying Lotus pour ce qui est de la vieille école. Concernant la nouvelle génération, il est de mèche avec Chuck Inglish, Blended Babies ou encore Swiff D.

Aujourd’hui, -H-O-Time a 23 ans et une discographie quelque peu étoffée! En effet, il sort en 2008 une première beat tape appelée « My Cassette Tape is ’92 ». Par la suite, le parisien s’essaie à la veste emcee avec l’EP « The Bridge » aux bonnes vieilles sonorités new yorkaises. Cet EP reçoit un très bon acceuil dans le milieu avec un -H-O-Time qui pose entièrement en kainry, s’il-vous-plait, et on se rend compte que le mec est vraiment bon sur tous les plans.

Plus récemment, il a produit le morceau « Hobbies » sur Premium II de 3010 et le titre « Hero » de Tony Karino. D’autre part, on le retrouve à la prod pour Areno Jaz sur l’excellent titre « Darryl Zeuja » ainsi que « Juste une pause ».
Une chose est sûre, on a pas finit d’entendre parler de ce talentueux beatmaker qui nous actuellement un EP instrumental nommé « Hydrophonic », un deuxième opus de son projet « The Bridge » ainsi qu’une mixtape où il s’essayera à la langue de Molière. Vous n’avez pas d’excuses si vous loupez toutes ses sorties dans les mois à venir parce qu’on vous aura prévenu! Bien sur, on le retrouvera toujours aux côtés du crew Eddie Hyde avec 3010.

La suggestion musicale d’-H-O-Time: Chuuwee – Post Mortem

« Je n’arriverai pas à définir un genre musical pour mes sons, je dirais que ça reste du beatmaking tout simplement. Je suis une sorte d’éponge qui aspirerait des influences proches et lointaines, pour recracher une merde liquide, avec une couleur variant selon l’humeur ou l’ambiance dans laquelle j’étais à ce moment là. »

Image de prévisualisation YouTube

__________________

Dream Koala (Highlife Recordings/UFO Tribe)

Révélation de cette fin d’année, on pourrait aisément attribuer à ce jeune parisien de 18 ans le titre de messi galactique.

Né de parents brésiliens et éduqué à la brésilienne, il baigne logiquement depuis son plus jeune page dans la musique. Avant d’être producteur, Yndi est avant tout un musicien passionné et possède un groupe depuis deux ans appelé I The Omniscient orienté Progressive/Mathcore. L’aventure Dream Koala a commencé il y a un an quand ce dernier a éprouvé l’envie de « faire de la musique totalement personnelle ».

En effet, Dream Koala s’oriente vers une musique post-rock avec des beats et quelques samples rejoignant des artistes de la veine de James Blake, Toro Y Moi ou Shlohmo. La chose qui frappe chez ce mec dès le premier abord est son ouverture d’esprit, sa volonté de ne pas se fermer des portes musicalement parlant, explorer une multitude de genres musicaux possibles tout en y apportant sa touche et on le ressent dans ce qu’il écoute. Influencé par de nombreux artistes de tout bord tels que Clams Casino, Explosions In The Sky ou King Krule, Dream Koala navigue au travers d’une musique futuriste sans même savoir lui même à quoi ressemblera ses productions dans le futur.

Dream Koala a sorti son premier EP nommé « BLUR » le 19 septembre dernier chez Highlife Recordings qu’il définit comme très personnel et qui se révèle être une véritable petite pépite chillante à souhait. Chacun des cinq titres qui posent l’EP transporte l’auditeur dans des galaxies encore inconnues et pourtant pleines de quiétude. A l’occasion de la sortie de cet EP, Dream Koala a fait appel au réalisateur Johan Barbarà du collectif UFO Tribe pour mettre en image le titre « R.O.O.F.I.E.S » que vous pouvez visionner ci-dessous.

D’autre part, les dates s’enchainent déjà pour le jeune parisien puisqu’il a pu partager l’affiche avec Myth Syzer lors de la ZULUZULU#1 à la Favela Chic ou encore avec l’excellent XXYYXX lors d’une soirée berlinoise. Rassurez-vous, vous pourrez bientôt le voir au Nouveau Casino le 11 Octobre prochain à l’occasion de la soirée de la marque Obey ainsi qu’au Social Club le 17 Octobre.

La suggestion musciale de Dream Koala: Haleek Maul – Fraulein

« J’adore composer avec mon groupe, mais faire de la musique seul, c’est une autre expérience. Ca me permet de m’explorer moi même et d’exploiter ma créativité différemment. »

Image de prévisualisation YouTube

__________________

Travis Brickman (NoirCity/Trueflav Records/The WTRS)

Beatmaker de talent, Travis Brickman est un beatmaker atypique de 25 ans résidant à Nancy. Fanatique de Black musique et plus particulièrement de soul et Hip Hop US, il commence la production dès 2008 s’orientant dans un style boom bap.

Prêcheur de la bonne parole musical avec des influences comme Madlib, Electric Wire Hustle ou The Neptunes, il classe des productions actuelles comme étant dans un style Hip Hop/ Nu Hip Hop/Electro.

Brickman sort début 2011 une très bonne mixtape appelée « The Birthday Tape » sur laquelle il nous fait part de toutes ses influences de soul et de jazz. Un must have pour passer une bonne matinée/soirée avec ta meuf!

D’autre part, on a pu voir son blaze sur quelques morceaux de emcees français comme Eff Gee sur le bon titre « L’Effet », l’énormissime « How To Make It In America » avec -H-O-Time et sur « Quelques grammes de finesse » de Enz.

Travis Brickman possède un projet instrumental appelé « The WTRS » avec son acolyte RJ Henry orienté electro/hiphop. Duo prolifique avec déjà deux maxis de trois titres à leur actif chez Trueflav Records, leurs futurs productions sortiront par le biais du label NoirCity qui risque de faire parler de lui d’ici peu!

L’avenir pour Brickman reste très ouvert puisque le mec souhaite être capable de produire n’importe quel style musical. D’autre part, il prépare un album avec The WTRS qui devrait sortir en 2013 et quelques morceaux avec des emcees français qu’il affectionne.

La suggestion musicale de Travis Brickman: The WTRS – Beta

« Aujourd’hui, j’essaie au maximum de ne plus me cantonner dans un style précis et aspire à pouvoir être capable de faire tout et n’importe quoi. »

Image de prévisualisation YouTube

__________________

L REY (bunker sounds/FUSA)

Quentin Leroy aka L Rey est un jeune beatmaker de 21 ans localisé dans le 18ème arrondissement parisien. Il commence la musique lors son 11ème printemps aux commandes d’une batterie et joue dans des groupes de rock jusqu’à intégrer son groupe actuel nommé Bring Your Sista.

Drogué de musique et hyperactif, notre homme s’est d’abord épanoui dans le « boom bap » avant d’évoluer et trouver sa voie dans le hip hop alternatif. Allergique aux étiquettes, L Rey est un mec qui aime expérimenter des sonorités différentes comme le trip hop, la drum’n'bass ou le hip hop expérimental.

On retrouve cet éclectisme dans ses influences en allant du rock’n'roll au reggae pour finir vers le be bop ou la musique éléctronique en tout genre.

En ce qui concerne la production, L Rey sort dans un premier temps une mixtape boom bap classique suivit d’une mixtape plus expérimentale. Il sort en 2011 un EP sur Bunker Sounds justement appelé « Cosmic Hood » pour délivrer des instrumentales hip hop avec des sonorités très spatiales.

Dorénavant, le Roi travaille sur un tryptique musical sous forme de mixtape en trois volumes intitulé « Paz Y Amor ». Le volume 1 composé de 16 tracks est déjà sorti en mai dernier avec un très bon acceuil sur la blogosphère. La particularité de cette mixtape réside dans le fait que le producteur a voulu raconter son année et que chaque track est en réalité le portrait d’un de ses amis proches. Au delà de ça, le titre de la mixtape comporte un message, celui de son géniteur qui est à la recherche constante de l’harmonie en alliant la paix et l’amour. On peut retrouver différents featurings au cours de cette oeuvre avec notamment les beatmakers Myth Syzer ou Mister Bibal. Au travers de cette oeuvre, ses influences se font ressentir avec le sampling d’artistes comme les Pink FloydJefferson Airplane, Earth Wind and Fire pour « Patience », Gil Scott Heron pour « Ghost of La chapelle » ou encore Serge Gainsbourg sur « Amor ».

La suite pour ce jeune beatmaker ne peut pas être plus radieuse puisqu’il prépare en ce moment « Paz Y Amor Volume 2 » avec cette fois-ci des emcees qui vont poser sur ses instrus. Côté featuring, L Rey a deux instrus sur le premier album de Guizmo intitulé « Normal ». Côté exportation, le frenchie va collaborer avec le new yorkais Gabe, on attend le résultat avec impatience!

La suggestion musicale de L Rey: L Rey – Take it Slow feat. Lime-G

« J’ai beaucoup écouté DJ Krush (Japon), DJ Shadow (USA) et DJ Cam (France) particulièrement. Et je suis désormais très ouvert aux nouvelles mouvances californiennes et anglaises actuelles dont je m’inspire beaucoup. »

Image de prévisualisation YouTube

 

Merci à -H-O-Time, Dream Koala, Travis Brickman et L Rey pour avoir répondu à mes questions. Pour le troisième opus de cette série d’article, n’hésitez pas à envoyer vos propositions de beatmakers à justin@unionstreet.fr parce que Unionstreet c’est aussi du partage, du love et de l’ouverture d’esprit!

Comments

comments