[SPOILER ALERT] Ici pas de message à portée sociale ou politique, oulala non. De l’autotune, de la trap et un peu de future beat ou cloud. Les puristes n’apprécieront pas.

hamza_hero-opti

Le 24 décembre, à la veille de Noël, le cadeau arrivait par traineau en provenance de Belgique et répondait au nom de Santa Sauce, un projet aux vertus aphrodisiaques concocté par Hamza.

Le jeune artiste, compositeur et interprète peut se targuer d’être le représentant d’un rap francophone sans borne ni frontière et résolument influencé par la scène Nord-Américaine. Une musique sans complexe et quasi-cinématographique. À chaque track, Hamza nous immerge dans un épisode de The Wire ou dans un nouveau film à l’inspiration « Scarfacienne ».

Après avoir lâché il y a quelques mois l’EP New Casanova et ses 4 titres à l’influence jamaïcaine, qui ne nous avait pas laissé un souvenir impérissable, celui qui se fait surnommé SauceGod revient donc avec ce qu’il sait faire de mieux.

Bien calibré et savamment orchestré, le projet s’écoute facilement et on se laisse facilement embarqué par les productions. La sauce est cuisinée par Hamza lui-même et quelques beaux collaborateurs tels que Myth Syzer, Dolfa, Ponko, Ikaz Boi ou encore Amine Edge & DANCE à qui l’on doit le dernier single de Deen Burbigo. Bien sur, Hamza nous parle d’un monde fantasmagorique fait de liasses de billets verts, de strings et booties qui bougent, de flingues et d’argent facile, de consommation et vente de stupéfiants… il ne faut pas chercher ici autre chose que de la musicalité et du trash talk.

On retiendra particulièrement le titre « Sans Fin » et son refrain au flow rappelant « Love Lockdown » de Kanye West qui se clôture par une envolée électrique sous les notes de guitare de Bruno Pieters. Hamza signe peut-être son projet le plus cohérent et facile à suivre depuis H-24. La sauce se savoure ici:

 Photo: © LS Photographie

 

Comments

comments