Mis à l’honneur lors de deux expositions au Musée d’Art Contemporain et au MuCem, à l’occasion de la 2e édition du festival OpenMyMed, le tout jeune styliste Simon Porte Jacquemus dévoile également un livre d’images conçu comme un poème. Une décaration d’amour artistique à l’une des villes qui l’a vue grandir.
Son amour pour la cité phocéenne n’est un secret pour personne. Il suffit de parcourir le compte Instagram, magnifiquement pensé et construit, du jeune créateur de 27 ans pour comprendre l’attachement viscéral qu’il éprouve pour Marseille et sa région. Photos de famille, de fêtes de village, de ses cousines portant ses créations devant la bâtisse familiale et autres coucher de soleil sur la méditerranée rythme de réseau social de Simon Porte Jacquemus.
Il le clame d’ailleurs ouvertement dans la description du site internet de sa marque à succès Jacquemus :  « JE MAPPELLE SIMON, JAIME LE BLEU ET LE BLANC LES RAYURES LES FRUITS MARSEILLE ET LES ANNEES 80 ».

Cette phrase simple, presque enfantine, résume entièrement la personnalité du création et sa perception de la mode. Une mode ludique, poétique, naïve, mais surprenante et audacieuse qui n’a pas manqué d’attirer rapidement l’attention puisqu’en 2015 il remporte le prix spécial du jury LVMH, trois ans après son premier défilé. Dès lors il devient la coqueluche des rédactrices de mode, entraînant 7 millions d’euros de chiffres annuels, continuant d’attirer l’attention et de créer l’événement lors de chaque Fashion Week parisienne avec ses défilés conçus comme de douces mélodies « Les Parasols de Marseille », « Les Santons de Provence » ou encore « L’Amour d’un Gitan »…


Ses Santons de Provence d’ailleurs, il les a faites défilé le 14 mai dernier, en ouverture du festival OpenMyMed sur la passerelle reliant le MuCem au Fort Saint Jean. Le MuCem, c’est l’endroit qu’il a choisi pour son exposition « Images ». Une installation qu’il a souhaité comme un patchwork géant, regroupant ses clichés spontanés, ses coups de cœur, des formes, des couleurs, en somme tout son univers.
La deuxième partie de sa mise à l’honneur prend place au Mac, (Musée d’Art Contemporain de Marseille) où il a installé son exposition inédite « Maisons » dans laquelle il nous fait découvrir sa vision de la ville de Marseille, de ses maisons si reconnaissable et de tout ce qui lui fait penser à la cité phocéenne.


Mais son hommage le plus vibrant est peut-être le livre « Marseille Je T’Aime », pensé comme un poème, toujours avec son regard si bienveillant et badin : « Je voulais faire un livre depuis longtemps sur Marseille, et j’avais envie de réunir des amis, des artistes du monde entier autour de cette ville que j’aime, mêlant leur travail respectif, Marseille et ma vision. Pouvoir partager Marseille au-delà des frontières » explique le nouveau petit prince de la mode.

© Charlotte Lapalus

Comments

comments